Multijoueur et coopération au programme de Battlefield 5

EA DICE dévoilait hier soir le prochain opus de la série des Battlefield, Battlefield 5, et il se focalise à la fois sur les contenus multijoueurs (d'envergure ou en petit comité) faisant la part belle aux interactions entre les joueurs.

À quelques semaines du coup d'envoi de l'E3 2018 (et quelques jours après l'annonce du « meilleur ennemi » Call of Duty - Black Ops 4), Electronic Arts dévoilait hier soir le prochain opus de sa série des Battlefield : Battlefield 5. Après la Grande guerre de Battlefield 1, ce nouvel opus renoue avec la seconde guerre mondiale (mais dans des zones géographiques plus rarement explorées comme le nord de la Norvège ou les ruines de Rotterdam, l'Afrique du nord ou la Grèce) et reprend les codes traditionnels de la série pour, nous dit-on, les décupler -- des affrontements intenses, un certain sens du réalisme, une fluidité des combats et une mise en avant des capacités du moteur Frostbite (permettant notamment la destruction de l'univers de jeu).

Mais ce Battlefield V entend aussi faire évoluer la série et manifestement, le développeur mise sur une nouvelle approche des interactions entre joueurs.

Multijoueur et coopération au programme de Battlefield 5
battlefield-5-5b05d9ad03c7c.jpg
Parallèlement à une campagne narrative qui a vocation à évoluer (le jeu débute au début de la seconde guerre mondiale et le récit progresse au même rythme que le conflit, au gré des mises à jour dans un système baptisé Tides of WAR), on retient ainsi l'ajout de nouveaux modes de jeu multijoueur.
D'abord le mode Combined Arms, qui met en scène quatre joueurs qui coopèrent vers un objectif commun -- une mission d'infiltration au-delà des lignes ennemies par exemple. Dans cet environnement hostile, les compagnons d'arme du joueur sont ses seuls soutiens et la coopération est impérative pour espérer remplir la mission (on nous promet un très haut niveau de difficulté), voire simplement en sortir entier (à défaut de finir la mission, les joueurs peuvent réclamer une extraction). Selon le développeur, ce mode Combined Arms vise un double objectif : d'abord aider à l'intégration des nouveaux joueurs dans le multijoueur (débuter en petit comité avec des proches serait moins intimidant) mais aussi offrir un vrai challenge aux vétérans. Selon le développeur, pour progresser dans la mission, la coopération ne devra pas être un vain mot et les joueurs devront être en mesure d'évoluer de concert et de conserve -- les classes de soutien devraient notamment jouer un rôle plus prépondérant dans ce nouvel opus, par exemple via des mécaniques de constructions, par opposition aux traditionnelles options de destructions du décor.
Ensuite, le second nouveau mode de jeu, Grand Operations, revendique une approche de plus grande envergure : 64 joueurs évoluent dans une campagne militaire qui se déroule sur quelques jours. Le premier jour, les joueurs ont un premier objectif à atteindre et selon le résultat (l'objectif est-il pris ? dans quelles conditions ? avec combien de morts ? etc.), la suite de la campagne les jours suivant en sera modifiée. Par exemple, les joueurs blessés le premier jour et qui n'ont pas été soignés par un membre de leur équipe ou par un médecin ne sont plus en lice pour la suite de la campagne. Idem en terme de munitions : ce nouvel opus se montrera bien moins généreux que les précédents en terme de munition, obligeant les joueurs à trouver des ressources sur le théâtre des opérations ou à économiser drastiquement celles dont ils disposent. Chaque action compte et les objectifs de campagne déterminent aussi le ravitaillement des troupes.

Plus largement, le jeu revendique un gameplay laissant davantage de place à la coopération au sein d'une escouade (pour couvrir un allié ou déplacer un blessé par exemple). Chaque classe est davantage spécialisée, encourageant donc chacun à jouer son rôle au profit de l'escouade -- les medics sont par exemple les seuls à pouvoir soigner totalement un compagnon d'arme ; tous les joueurs débutent avec un « kit » de construction, mais les classes de soutien sont les plus efficaces en la matière (pour ériger des fortifications à l'aide de sacs de sable, des structures de camouflage, voire pour installer des tourelles anti-char ou anti-aviation et les déplacer sur le champ de bataille).

battlefield-5-5b05d9a7aad42.jpg

Enfin, après Star Wars Battlefront II, on sait Electronic Arts particulièrement attendu en matière de modèle économique et le studio multiplie les gages de bonne foi à destination des joueurs : le développeur promet qu'il n'y aura pas de loot boxes au contenu aléatoire dans Battlefield 5, de même que le gameplay est totalement déconnecté des contenus cosmétiques. En d'autres termes, selon le développeur, tout ce qui relève du gameplay ne pourra être obtenu qu'en jouant et les contenus cosmétiques permettant de personnaliser l'apparence de son soldat ou de son équipement n'aura aucun effet sur le gameplay -- le contenu cosmétique pourra néanmoins manifestement être vendu dans le cadre de microtransactions, des détails seront communiqués plus tard.
En outre, il n'y aura pas de Pass Premium pour Battlefield 5 : les mises à jour qui s'inscrivent dans le système Tides of War (faisant évoluer le conflit par l'ajout de nouvelles cartes, de nouveaux modes de jeu et autres contenus) doit être distribué gratuitement. Selon le studio, dès lors que le jeu se focalise sur une approche multijoueur accrue, tous les joueurs doivent avoir accès au même contenu dès lors qu'ils ont payé leur boîte de jeu, sans avoir à se soucier des DLC.
Les curieux pourront quoi qu'il en soit tester sur pièce à partir du 19 octobre prochain, sur PC et consoles -- et avec quelques jours d'avance pour ceux qui précommanderont et/ou sont abonnés aux offres EA Access et Origin Access.

Réactions (49)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Battlefield V ?

6 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (9 évaluations | 0 critique)
5,7 / 10 - Prometteur